Groupe de St Priest devant le Grossglockner



01/09/2008. Impressions d’Autriche.

Quelques membres du comité des fêtes ont pu faire la fête à leur tour en s’offrant un voyage au Tyrol et en Bavière. Détente et bonne humeur furent au rendez-vous ce qui n’empêcha pas d’obtenir quelques informations. En voici quelques-unes unes, très incomplètes mais ils ne faisaient pas un voyage d’étude...

Les paysages Grandioses, sublimes ! Les prairies apparaissent comme des pelouses, pins et sapins au vert plus sombre s’accrochent jusque très haut sur les pentes, vaincus finalement par une roche calcaire, blanche qui couronne les montagnes. Au fond de la vallée les impétueux torrents vert-amande charrient leurs eaux écumantes. Rares sont les chalets non couverts de fleurs de toutes les couleurs. Le point culminant, le Grossglockner étincelle, immaculé, flanqué de son glacier qui l’érode.

Les églises Avec leurs clochers colorés très aigus, parfois aussi en forme d’oignons, elles laissent pénétrer une abondante lumière qui met en valeur leur très riche intérieur baroque garni de peintures.

L’accueil Il est excellent, tourisme oblige. Si vous parlez (un peu) avec les gens très vite ils vous parleront de notre Président. Par contre bien peu de Français conaissent celui du chancelier autrichien.

Le gouvernement Le pays est une fédération de plusieurs provinces ou « länder ». Le gouvernement fédéral avec à sa tête le chancelier siège à Vienne mais certaines de ses décisions peuvent être aménagées par les pouvoirs locaux des « länder »

Le système de perception des impôtsest complexe. Outre les impôts fédéraux, régionaux, locaux, il y a (ce qui nous a surpris) un impôt légal perçu par l’église (1,2 % du revenu) qui sert à payer les prêtres (les cérémonies religieuses sont gratuites) et entretenir les édifices. On peut certes y échapper en se déclarant « Hors de l’église » mais il faudra renoncer à toute cérémonie religieuse. La grande majorité des gens est catholique bien qu’il y ait des protestants, des juifs et des musulmans.

Le droit du sang Tout bébé né en Autriche peut être autrichien si au moins l’un des deux parents l’est. « Le droit du sol » en usage en France n’existe pas. Tout compagnon (ou compagne), marié(e) ou non, de nationalité étrangère ne peut prétendre à la propriété familiale que s’il (elle) demande la nationalité autrichienne.

Comment voient-ils la France ? Nous retransmettons les propos francs tenus avec tact par notre guide, une Française établie depuis 30 ans au Tyrol. Ils reconnaissent en nous un grand pays de la CE, celui des droits de l’homme. Selon eux nous abusons du droit de grève et ont du mal à comprendre la politique que nous suivons à long terme. Actuellement, leur semaine de travail est de 41 heures elle passera vraisemblablement à 42h en 2009, ceci sans protestations majeures.

Pour les jeunes et même les moins jeunes : Qu’ils n’aient pas peur de se marier avec une Autrichienne : Elles sont charmantes, très souvent blondes. Les garçons ne sont pas mal non plus. Pour vivre là-bas il vaudrait mieux aimer la bière (délicieuse), le chocolat et la crème chantilly mais il n’y a aucune loi pour cela...
Texte de Jean René Dufour

 


JPEG - 33.4 ko
Chalet à Alpabch
JPEG - 22.3 ko
Le lac Achensee
JPEG - 29.4 ko
Chutes du Rhin -Schaffaussen
JPEG - 38.8 ko
Chutes de Krimm
JPEG - 46.4 ko
Magnificence des églises