01/07/2006. Le chant du cygne de Geneviève.

Pour Geneviève CHASSAGNARD, la directrice de l’école, cette fin d’année scolaire était la dernière. Elle tira sa révérence en deux temps.

Le vendredi 1er juillet 2006, à la salle de l’Ecluse à La Souterraine, l’école fit une petite fête où ses derniers élèves interprètent avec brio des fables de La Fontaine guidés par le talent de Jean Claude DUROZIER, le metteur en scène des Saltimbanques. Elle allait remercier l’assistance quand une surprise aussi émouvante qu’inattendue l’attendait. Alors que les jeunes élèves entonnaient la chanson d’Hugues Auffrey adaptée en « Adieu notre chère professeur », voici que du fond des gradins quelque 80 anciens, tous âges confondus venaient leur prêter main forte une rose à la main. Quel éducateur, à l’heure où il pose définitivement sa blouse resterait-il de marbre en recevant un tel hommage ?

Une semaine plus tard, dans la salle des fêtes communale, où de multiples photos de classes avaient été patiemment réunies et admirablement exposées « notre » Geneviève avait convié à un pot environ 150 personnes qui un jour ou l’autre pour des raisons diverses avaient croisé son chemin. Après les remerciements que lui adressait au nom de la commune le maire Gilles NEVEU, elle réalisa l’exploit dans un récit longueurs excessives de citer tout le monde en ayant pour chacun un mot qui lui allait droit au cœur. Elle invita ses hôtes à honorer boissons et toasts délicieusement préparés par l’équipe scolaire. Elle reçut un tableau du peintre local Henri VIDAL, un album de photos déjà rempli par la f^te scolaire précédente et une somme d’argent qui lui permettra d’effectuer un voyage lointain « quelle n’aurait jamais pu envisager ». Visiblement émue elle remercia par des mots simples. Les élèves, ses derniers petits, et quelques anciens reprirent encore une fois leur chant d’adieu, en réalité un au revoir.

Toi qui ne voulait pas être encensée, on ajoutera ceci : Chapeau, maîtresse et bon voyage.