08/05/2009. Discours de Gilles Neveu, maire de St Priest la Feuille.

Après la cérémonie traditionnelle de commémoration du 8 mai 1945 et de la fin de la seconde guerre mondiale, nous avons choisi cette année d’aller plus loin à l’occasion du baptême des rues du nouveau lotissement.

En effet ces rues porteront désormais les noms de trois résistants tombés pour défendre nos valeurs et notre liberté, Robert et Jean STEIN d’une part, et Pierre LOUYAT d’autre part ; mais au travers de ce geste nous voulons honorer tous ceux qui sont morts pour nous, ici en combattant ou en déportation, eux dont le nom couvre notre monument aux morts :

Auguste Coulon, Emile Martial, André Méraud, Raymond Perot, Georges Tixier.

Mais aussi tous ceux qui ont combattu et eurent la chance d’en sortir vivants, pour vaincre et pour reconstruire le pays.

Ils ont osé se lever, avec souvent des moyens dérisoires, mais toujours avec leur courage, pour dire non à l’envahisseur et le repousser.

Il y eut des martyrs, et il faut que cela reste dans les mémoires des générations qui nous suivent et celles qui les suivront.

L’histoire de Jean STEIN, de son frère Robert STEIN et de Pierre LOUYAT est celle de trois jeunes Lorrains chassés de chez eux par la progression des nazis, et dont les familles se réfugièrent à St Priest, au Bec et dans le Bourg, comme d’autres familles que les habitants ont accueillies et souvent protégées.
Et ces trois là prirent les armes en 1944 dans le maquis du Limousin et la 1ère Compagnie des Corps Francs pour accompagner de l’intérieur le Débarquement des Forces Alliées.
Les frères STEIN moururent le 16 juillet 1944, en combattant et en protégeant leurs camarades dans une embuscade à La Pouge contre la brigade Jesser ; la nuit suivante Pierre LOUYAT fut fusillé à Cosnat, commune de Vidaillat, après l’attaque de son cantonnement par la même brigade, qui sema la terreur dans toute la région.

Jean et Pierre avaient 19 ans, Robert tout juste 15 ans.
Comme l’a souligné Maurice Schuman, le porte parole de la France Combattante, Robert était le plus jeune des morts volontaires de l’an I de la reconquête.

Tous trois ont été décorés par la Nation, recevant la Croix de guerre avec étoile d’argent à titre posthume
.
Je fais le vœu que ces noms de rues ne deviennent pas des mots sans signification, mais que dans 10 ans, dans 20 ans, et plus encore, l’école de St Priest enseigne à nos enfants qui étaient Jean STEIN, Robert STEIN, Pierre LOUYAT, et ceux qui les ont accompagnés.
Montrons nous dignes de leur sacrifice, soyons à la hauteur de la France qu’ils ont défendue, pour plus de Liberté, d’Egalité et de Fraternité.

Je vous propose maintenant d’écouter l’hommage des élèves de Cours Moyen de l’école de St Priest la Feuille, Lizières et Chamborand, qui vont nous dire et nous chanter le Chant des Partisans.

Nous allons poursuivre cette évocation de la Résistance en Creuse et à St Priest grâce à la très belle exposition des Amis de la Résistance, accueillie par les Amis de la Bibliothèque de St Priest, à la mairie.