4 et 5 juillet 2009. La fête des baraccats.

Samedi 4 juillet au soir : la douceur d’une nuit d’été. Après une semaine de chaleur éprouvante, voici venu le temps de joyeuses agapes entre amis. On verra le feu d’artifice dans une ambiance musicale. Le comité des fêtes a donc installé plusieurs chapiteaux pour abriter quelque 200 convives. Commençons donc par une petite entrée en matière au bar ou la température aidant, l’anisette, le whisky, le jus de fruit, le demi de bière s’arrachent.

A table ! Un véritable punch des Caraïbes est servi : le ton monte, la gaîté et la convivialité font oublier les ennuis. Après une salade de gésiers, voilà l’entrecôte du Barracat garnie de frites : simple, mais ça sent si bon la Creuse ! Suivent salade, fromage, tarte et glace qu’un petit vin léger aide à bien faire couler.

On n’a pas vu le temps passer : déjà les départs des fusées du feu d’artifice. Un jet quasi continu d’engins monte à l’assaut du firmament, éclate en de multiples trainées croisées aussi éblouissantes qu’éphémères : le rêve passe. Enfin l’orchestre « Gégé Musette » adapte avec brio son répertoire au public et au parquet en plein air - un parquet qui avait une longue expérience derrière lui - mais l’on dansera fort tard, ou nonchalamment appuyé au manège carré qui sert de bistrot on prendra un pot en écoutant la musique.

Dimanche matin dès huit heures quel plaisir de voir 90 randonneurs en trois vagues s’élancer à toutes pédales sur les circuits des étangs bien encadrés par des voitures et des motos. Il fait doux, le soleil brille, la campagne exhale mille odeurs et les cyclotouristes goûteront le calme rassérénant des miroirs liquides. Certains mêmes se referont des forces à mi-parcours sur les rives de l’étang de La Brousse près de Marsac. Et au retour tout le monde viendra au vin d’honneur avec peut-être l’espoir d’obtenir l’une des coupes tirées au sort. Des médailles récompenseront les futurs et jeunes espoirs.

L’après-midi, à l’heure où dans le Sud le tour de France s’ébranle c’est environ 80 cyclistes répartis en deux groupes qui feront une dizaine de fois le tour élargi de l’église de St Priest. Au point de vue couleurs, nos amateurs n’ont rien à envier aux pros. Bien sûr, le public est familial, il n’y a pas de caravane publicitaire, les deux choses allant de pair. Roland Reynaud (VC Aubusson), Cyrille Clinard (AC Fursac), notre régional, Dominique Thomas (St Fiel) remporteront les premières places des catégories 1, 2, 3. Après la remise des récompenses, on entend encore la musique lointaine des manèges pour enfants : la fête se termine.

Pour les membres du comité il est l’heure de démonter, nettoyer, ranger et c’est sans bouder leur plaisir qu’ils se rassemblent devant quelques vieux fonds de punch, de rosé, ou des restes d’entrecôte qu’il serait scandaleux de jeter.

En conclusion une fête bien réussie, le Comité des fêtes remercie tout le public qui est venu et tous ceux qui l’ont aidé d’une façon ou d’une autre. Certes personne n’a ménagé sa peine, mais il faut rendre un hommage particulier à celle qui a été la cheville ouvrière de cette manifestation, la présidente Chantal Lepeytre, « Chanchan » pour les intimes.