27/03/2010. Un petit air d’Alsace

Ce samedi 27 Mars, une pluie battante s’abat sans discontinuer en vous giflant au passage. La salle des fêtes se révèle un asile chaleureux où les amis vous attendent, plaisantant maintenant des averses. De plus un léger fumet aiguise l’appétit : bien sûr on va déguster la choucroute annuelle le qui va nous faire oublier les intempéries et nous donner un avant-goût d’Alsace.
Chacun s’attable et voici qu’un kir délicieusement fruité enfleure les verres. Peu alcoolisé pour les dames, il rosit néanmoins les teints en entretenant un gentil brouhaha ce dont est bien incapable l’eau plate.
Une assiette de charcuterie variée débute le repas. Puis voilà cette reine de l’Est, servie fumante dans des plats ovales si longs qu’ils traversent la table. Vivre l’instant ! Une assiette bien garnie, une bière ou un petit riesling de derrière les fagots pour maintenir un gosier bien dégagé, et l’on plaisante. Quelques propos glanés au hasard :
« Tu te rappelles quand on avait fait la croisière sur le Rhin avec Mémé (1), on a eu 3 choucroutes, oui 3, mais elles n’étaient pas meilleures que celles-là ! »
« Dommage que ne sachions pas faire pousser des choux aussi légers et que nos femmes n’aient pas le coup de patte d’Abel, on en mangerait plus souvent »
« Les femmes, les femmes elles n’ont fait que vous servir pendant que vous les hommes aviez les pieds sous la table : une vie de domestique qu’on a eu ! »
« Au Breuil, il y a longtemps qu’elles se sont libérées, il y en a une qui a tué son mari ! »
La répartie jette un froid mais pique les convives d’intérêt car ils s’arrêtent de manger.
« Et quand ça ? Je n’ai rien vu sur le journal ! »
« Et avec quoi l’a-t-elle tué ? » demande une dame qui cherche peut-être une idée...
« A coups de serpe ! C’est vrai »
« Oh, Oh, Oh, ... » Tout le monde éclate de rire, se rafraichit, soulagé, et réattaque sa choucroute.
Après le plateau de fromages et une glace pour dessert on prend le café et déjà montent sur la scène deux musiciens qui depuis des décennies ont animé bals à papa ou thés dansants. Beaucoup se figurent que la musique des séniors c’est « l’accordéon » avec un petit a comprenant des airs de 1900 à 1940. C’est faux, il y a plusieurs autres instruments, les morceaux sont souvent bien rythmés, les chansons parlent d’amour, d’amitié et de joie de vivre, certaines sont contemporaines.
En résumé, les « ainés ruraux » ont organisé un après midi charmant sans prétention sauf une, celle de faire passer un bon moment à tous et c’était réussi.
La présidente Bernadette Touchard annonce pour bientôt un projet de voyage à Paris : déjeuner sur bateau-mouche et visite du musée Grévin : se renseigner auprès d’elle.
- Un clin d’œil au regretté Aimé Moreau qui avait organisé un voyage en Alsace puis sur le Rhin romantique en 1989.
- L’histoire est authentique : un article figure dans la rubrique « patrimoine » du site Internet de St Priest la Feuille.
Texte de Jean-René Dufour