8/05/2010. Diplôme d’honneur pour nos anciens combattants.

A l’occasion de la commémoration du 70 ème anniversaire des combats de 1940, de l’appel du Général De Gaulle, de la naissance de la France libre et des premiers pas de la résistance, un diplôme d’honneur a été remis à trois de nos anciens combattants de la seconde guerre mondiale par notre Maire Gilles Neveu.

« Je suis fier de remettre ce diplôme d’honneur à Marcel Barret, à Gilbert Coulon et à Marcel Pimpaud, et de leur dire combien nous les remercions de leur courage dans ces conditions difficiles que nous avons du mal à imaginer aujourd’hui ; et j’ai une pensée pour tous leurs camarades qui ne sont plus là pour témoigner.

Ils avaient tous les trois moins de vingt ans quand tout cela est arrivé.

Marcel Barret a d’abord été appelé pour le fameux STO ( le Service du Travail Obligatoire, pour les plus jeunes), mais il y échappât en travaillant chez la femme d’un prisonnier à Mazeirat. Il s’est ensuite engagé volontaire en août 1944 au 78 ème Régiment d’infanterie à la Courtine et a combattu contre les Allemands à La Rochelle jusqu’à la fin de la guerre en Mai 1945. Il a été démobilisé à Libourne en Juillet, mais pas pour longtemps, puisqu’il a très vite été rappelé pour partir en Allemagne et garder des prisonniers de guerre à Coblence en particulier. Il a finalement été rendu à la vie civile le 5 janvier 1946.

Gilbert Coulon travaillait à Clamecy au début de la guerre, lorsque l’occupant y est arrivé, il est revenu à St Priest. Peu de temps après il a été appelé pour aller dans les chantiers de jeunesse. Là, les jeunes étaient formés pour devenir des cadres. Après quelques semaines son chef lui qu’il allait partir pour l’Allemagne, ce qui le décide à entrer dans la clandestinité. Durant toute la guerre, il fut résistant, se déplaçant de département en département. : Creuse, Haute Vienne, Indre, Puy de Dôme en qualité de lieutenant chargé du recrutement de jeunes pour le maquis.

Marcel Pimpaud était à l’école du Bâtiment de Felletin pendant les premières années de la guerre ; inscrit au STO par l’école, il a réussi à y échapper en travaillant comme cultivateur à St Maurice, où il donne un coup de main à la Résistance (tracs, affiches, transports, visites dans les mairies pour récupérer les documents pour les maquisards). Engagé volontaire dans les FFI, il rejoint lui aussi le 78 ème régiment d’infanterie à la Courtine en octobre 1944, et est envoyé au front à La Rochelle contenir les Allemands de l’amiral Schirlitz jusqu’à la fin de la guerre. Il fut ensuite démobilisé à Libourne en juillet 1945. »
Extrait du discours de Gilles Neveu.

A la fin de cette cérémonie, le Maire Gilles Neveu a invité l’assemblée à lever leur verre pour honorer nos récipiendaires et écouter leurs souvenirs.