17/04/2012 Randonnée autour de Saint Priest la Feuille.

Le professeur Léon Binet titrait l’un de ses livres « Quarante pas autour de ma maison ». Nous allons faire une promenade certes plus importante autour de notre commune. Certains la feront en voiture mais c’est à vélo que l’on aura tout le temps pour goûter pleinement le paysage, petite partie de « l’espace vert et bleu » comme on a qualifié la Creuse.

La Souterraine.
En remontant le chemin de St Jacques de Compostelle vers La Souterraine nous dévalons la colline sur laquelle est juché notre clocher. La route sinueuse se cache dans les bois, contourne l’étang de la Villeaubert, caresse les bois de Sagnemoussouse puis passe sur la chaussée d’un ancien étang qui pour l’avoir rompue trois fois ne laisse apercevoir qu’un terrain marécageux. Sait-on l’effroyable drame qu’il produisit au moyen-âge ?
Le jour de la fête - Dieu il était de coutume d’exposer sur le passage de la procession à La Souterraine des tapisseries ou des draps. Deux petites lavandières jumelles, Albine et Blondine, parties laver la nuit furent surprises par les flots déchaînés de la Sédelle déchaînée, grossie par l’eau venant de l’étang à la digue rompue.
S’il faut en croire la légende, on les retrouva, enveloppées comme des jeunes mariées avec leurs draps pour linceuls... (1)
Une visite de La Souterraine, ville au riche passé moyenâgeux mérite des heures : ce sera pour une autre fois. Nous n’évoquerons que ses rues arquées autour de l’église et de la place du fort. Trois fois elle aussi déborda de ses enceintes. Il reste de la toute première outre la magnifique porte St Jean, quelques murs de soutènement et un fragment de courtines. Plus de remparts mais deux sentinelles élancées éperonnent le ciel à l’entrée de la ville : ce sont les relais hertziens qui « arrosent » les téléphones portables du secteur. A leur hauteur nous tournons à gauche.

Fursac.
Quel délice de se laisser couler jusqu’à Fursac, sous un chaud soleil de Mai ou de Juin ! La pente douce permet sans effort de savourer le paysage tout en humant les haleines printanières. A l’horizon les monts de Laurière s’étalent en une bande bleutée uniforme qui en arc de cercle du Bois des échelles à St Goussaud semble barrer le passage. Nous surplombons des étangs enchâssés de bois, traversons le vert tendre des prairies où nos belles limousines rouge-froment sont au self-service. Passé Cros la vallée de la Gartempe s’annonce. L’agglomération des deux Fursac ne laisse pas de surprendre le néophyte par sa constitution des deux bourgs jumeaux Saint Pierre et Saint Etienne. Le centre affiche une belle symétrie : au bord de la rue principale qui recouvre l’ancienne voie romaine, les deux mairies - jumelles comme il se doit - encadrent la salle des fêtes construite à cheval sur la « frontière ». Cette dualité qui remonterait aux environs de l’an mille - approximativement Saint Pierre en Poitou et St Etienne en Limousin (2) - tient à l’histoire très riche des deux communes. Autre curiosité la Gartempe décrit deux méandres à angle droit successifs. Détournement de la main de l’homme pour aménager un gué ? Peut-être. Arrêtons nous quelques instants sur la grande place au bord de l’eau, à l’ombre de la veille église et dégustons la spécialité locale : le célèbre pâté aux pommes de terres !

Chamborand.
Notre périple se poursuit d’abord en remontant le cours de la Gartempe. Celle-ci ne va bientôt que se laisser deviner par sa vallée encaissée. Celui qui aime barouder trouvera des gorges où d’immenses rochers - dits de Ste Hélène - bordent la rivière. Nous passons au village de L’Œil. Une plaisanterie sans cesse renouvelée consistait à dire que dans le café d’autrefois il fallait tout de même payer pour boire à l’œil. En arrivant à Chamborand l’antique tour du XIème siècle résiste malgré tout au travail de sape des intempéries. Chamborant (le t final transformé depuis en d) était autrefois une baronnie dépendant de la vicomté de Bridiers. Un régiment (le 2ème hussard), qui portait fièrement la devise « Onques ne faillit » s’illustra entre autres à la bataille d’Austerlitz et aujourd’hui encore des unités dérivées partent en opération à l’étranger (Kossovo, Côte d’Ivoire). Dans le bourg prenons à gauche vers le village de Neyrat perché sur une colline. Même si la pente est légère l’altitude atteinte nous permet d’embrasser du regard la ceinture des monts du Limousin au Sud. Au Nord, la forme voutée du bois de Mastranges bouche l’horizon.

La commune de Lizières.
Nous nous rafraîchissons en plongeant de nouveau dans la vallée de la Gartempe. Très haut - de son emplacement on peut voir sept clochers - le château d’eau des Sauzades nous surveille. Il emmagasine dans ces flancs une eau merveilleuse, venue des environs boisés de St Goussaud. Nous passons sur le pont de Masvigner depuis lequel s’offre à nos yeux un décor qu’aurait pu peindre Renoir surtout si l’on remonte à deux décennies. Le vieux moulin abritait une auberge fort renommée dont la terrasse ombragée permettait de déjeuner accompagnés par le chuintement régulier de la roue et le clapotis de la cascade issue de l’écluse. La roue a subi les affres du temps et l’auberge a fermé ses volets... Voici la chaussée de l’étang de Maubrant qui reflète le vert des collines et le bleu du ciel. « Tout sur sable », disaient les anciens voilà ce qui fait du bon poisson. Au village nous tournons à droite pour d’abord longer les rives puis on monte vers Lizières que l’on laisse à droite en passant par le village de La Suderie.

Le retour à St Priest
Nous cheminons sur une ligne de crête au parcours plat, idéale situation qui nous permet de repérer presque tout notre parcours : au Nord La Souterraine gardée par la tour de Bridiers, au Sud Fursac se devine dans les fonds ainsi que la vallée de la Gartempe surveillée par son château d’eau. Autour de nous un paysage calme de collines douces entre lesquelles se faufilent les rivières ou stagnent des étangs. C’est chez nous. On comprend pourquoi le Creusois poussé à s’expatrier revient presque toujours dans son « espace vert et bleu ».

Texte de Jean-René Dufour.
(1) D’après A. Guillon (Notre Sédelle)
(2) D’après R. Labrousse (Revue de la Société des Sciences naturelles et archéologiques de la Creuse)

 


JPEG - 24.9 ko
Restes de l’étang de Malonze
JPEG - 19.7 ko
Relais Herziens
JPEG - 19.8 ko
Étang de l’Age aux choux
JPEG - 27.7 ko
Mairie jumelles
JPEG - 28.6 ko
Les églises de Fursac
JPEG - 28.3 ko
St Etienne de Fursac
JPEG - 29 ko
Gorge de la Gartempe
JPEG - 24.9 ko
L’Oeil
JPEG - 27.7 ko
La tour de Chamborand
JPEG - 21.8 ko
Centre de Chamborand
JPEG - 29 ko
Le château d’eau
JPEG - 39.2 ko
L’Auberge de Masvignier autrefois
JPEG - 29.8 ko
Moulin de Masvignier
JPEG - 23 ko
Étang de Maubrant
JPEG - 23.3 ko
La tour de Bridier vue de St Priest