La porte st Jean vers 1910



10/06/2014 La Souterraine et ses anciens remparts.

JPEG - 35.7 ko
Plan des premiers remparts

La Souterraine eut quatre enceintes successives.

La première existait en 1170. En 1207, Hugues IX de Lusignan, comte de la Marche et seigneur de Bridiers enviait de posséder la florissante cité de La Souterraine qu’un de ses aïeux, Gérald de Crozant en 1012 avait fait don aux moines de l’abbaye St Martial de Limoges. Après deux mois de siège, la ville tomba et le vainqueur en fit abattre les murs. L’enceinte fut reconstruite et sans doute améliorée en 1226 sensiblement sur le même emplacement que la précédente. Au 15ème siècle une extension se fit jusqu’à la porte du Puycharraud. Enfin au 16ème siècle une quatrième enceinte sous forme de fossés remplis d’eau surmontés sans doute de palissades répondra à un agrandissement accru de la cité dont le cœur restera l’église et la place du fort. Nous ne parlerons ici que des fortifications de 1226.

En parcourant les remparts.

Partons de la porte St Jean, le vestige le mieux conservé que l’on peut visiter. La muraille part parallèle à la rue des Bains jusqu’à une tour située à l’angle le plus proche de l’actuel jardin public. Le rempart se poursuit sur l’emplacement du mur de la Place d’Armes (où était le cimetière) jusqu’à la Poterne des Morts en travers du Boulevard Mestadier. Il escalade la colline en retrait de la rue du Guichet aboutissant au sommet à la porte St Michel. De la rue précédente, on peut toujours apercevoir quelques mâchicoulis. La muraille continue jusqu’à la Porte Luquet en travers de la rue du Four puis longe la rue de la Vigne où elle atteint la tour du même nom entre la rue neuve et la rue Serpente. La base de cette tour d’une dizaine de mètres de diamètre est encore visible (propriété privée). On gagne la place Montaudon-Bouveresse sur l’emplacement du haut mur de soutènement. Une autre tour existait au coin des rues St Jacques et du Docteur Bridot. On regagne enfin la porte St Jean par une ligne brisée en retrait de la rue St Jacques. Le tour de l’enceinte mesurait environ 585 mètres.

Un sujet de promenade.

Ah si La Souterraine avait su ou pu garder ses remparts, nous aurions une petite cité de Carcassonne sous la main ! Quelles fêtes médiévales auraient eu lieu ! Mais autrefois le patrimoine n’était pas une priorité. L’enceinte devenue inutile, on construisit de nouvelles maisons avec les pierres des fortifications, des portes et des tours. On recyclait...La porte St Jean fut heureusement épargnée, est-ce parce qu’elle servit de prison ? Toujours est-il que si vous avez une demi-heure, faites le tour des anciens remparts, cela vous permettra d’avoir un autre regard, historique celui-là sur des endroits que vous croyez bien connaître. Et faire une magnifique balade.

(Renseignements pris sur des livres des historiens locaux : Valadeau, Guillon, Chatreix, et aussi des brochures de l’OTSI)

Texte de Jean-René Dufour

 


JPEG - 54.4 ko
La porte St Jean
JPEG - 46.5 ko
Depuis la rue du Guichet
JPEG - 53 ko
Mur du jardin public